Tolisso plus qu’un couteau suisse


Alors qu’il vient de fêter ses vingt et un printemps le 3 Août 2015, Corentin Tolisso lié à l’OL jusqu’en 2020, s’apprête à disputer une saison importante pour la suite de sa carrière. Retour sur ses débuts professionnels à Lyon et sur un Euro 2016 en France en ligne de mire.

Corentin Tolisso

  •                     Premiers pas avec l’équipe première :

C’est sous Remi Garde, né à L’Arbresle comme Jean Michel Aulas et club pour lequel Tolisso a joué étant jeune, que le nouveau numéro 8 lyonnais est apparu dans le groupe professionnel puis est devenu un joueur important dans l’effectif. Il dispute ses premières minutes en rentrant face à Nice le 10 Août 2013. Il a notamment profité de sa polyvalence pour se faire une place, en effet, il dépanne tout d’abord à gauche face à Rijeka en Ligue Europa en remplaçant Dabo en cours de jeu. Pour sa première titularisation en Ligue 1, début Mars face à Montpellier, il profite des blessures de Fofana et Gourcuff pour être titulaire au milieu de terrain, sur le côté droit du losange accompagné de Gonalons, Ferri et Grenier. Remi Garde le préfère à Steed Malbranque et Arnold Mvuemba.

« A Bordeaux il se fait un nom »

Dans la foulée, il est de nouveau titulaire la semaine suivante à Bordeaux. Il se place à nouveau au milieu de terrain mais faute de numéro 10, Remi Garde préfère un système en 5-3-2 avec Gonalons, Ferri et Tolisso. Après seulement 35 minutes de jeu, l’OL est mené 1-0 et l’entraîneur lyonnais remet en place son losange avec Lacazette en meneur de jeu et Briand qui rentre à la place de Bako Koné. Côté lyonnais le contenu est meilleur mais alors qu’on entre dans les arrêts de jeu Lyon est toujours mené. C’est à ce moment là que Bedimo égalise et au bout du suspens Corentin Tolisso, pour sa deuxième titularisation en Ligue 1, arrache la victoire sur une tête puissante dans le petit filet de Carrasso sur un centre de Maxime Gonalons. Grâce à ce but lors de l’affiche du dimanche soir il commence à se faire un nom auprès du grand public. La semaine suivante il est remplaçant mais fait son apparition sur le terrain en tant que latéral après une blessure de Dabo. De la 31ème journée à la 36ème il sera titulaire au poste de latéral et au milieu de terrain en disputant notamment le derby perdu à Gerland et la finale de Coupe de France dans laquelle l’OL s’incline également. Touché à la cheville, il sera forfait pour les deux derniers matchs et la fin de saison que son club terminera à la 5ème place.

  •                     La confirmation :

Lors de la saison 2015/2016 Corentin Tolisso voit l’arrivée d’un nouvel entraîneur en la personne d’Hubert Fournier. Pourtant rien ne change, il se fait toujours une place dans l’équipe première. Tout d’abord en profitant des absences de Dabo et Bedimo à Rennes et Toulouse pour jouer en tant qu’arrière gauche, puis au milieu de terrain avec les nombreuses absences côté lyonnais (Fofana, Grenier, suspension de Ferri…). Face à Monaco il inscrit un but très important offrant la victoire à l’OL alors que son club avait très mal débuté leur saison. Il diputera tous les matchs de ligue 1 dans la foulée, tous comme titulaire hormis le match face à Evian Thonon Gaillard où il entrera en jeu. Précis dans ses passes, agressif dans les duels, Tolisso peut également se projeter vers l’avant et apporter le danger dans le camp adverse. C’est au milieu de terrain que le garçon d’un mètre quatre-vingt-un pour soixante-dix-huit excelle, il apprécie jouer au poste de sentinelle mais à Lyon ce poste est réservé à Gonalons, alors il apporte ses atouts sur le côté gauche du losange installé sous Remi Garde. Il peut ainsi combiner avec Bedimo notamment. Ces qualités lui permettent d’obtenir une place de titulaire dans l’équipe d’Hubert Fournier. Certes il est passé à côté de certains matchs, comme dans le derby perdu 3 à 0 dans lequel il est coupable sur deux des trois buts stéphanois. Cependant, Tolisso s’est relevé, fort mentalement il marque face à Reims dès le match suivant. A l’image de son club, malgré une saison sans titre, sa saison est très positive.

  •                     L’Euro 2016 en ligne de mire?

Cet été, le milieu de terrain né à Tarare, a joué avec les Bleus mais pas sous les ordres de Didier Deschamps. En effet, il a joué avec les Espoirs. Peut-il suivre le même chemin de son partenaire Nabil Fekir en entrant dans l’équipe A? Pour le coach lyonnais « Samuel Umtiti comme Tolisso ne sont pas loin de l’équipe de France ». Au milieu de terrain figurait sur la dernière liste de Deschamps les joueurs suivants : Cabaye, Gonalons, Matuidi, Pogba, Kondogbia, Sissoko, Payet. Hormis Payet qui n’évolue pas au même poste, Pogba qui est intouchable, voir Matuidi que Deschamps apprécie, Tolisso ne semble pas complètement dépassé par les autres joueurs. En tout cas, il pourrait mettre le doute dans l’esprit du sélectionneur. L’année dernière, le lyonnais ne disputait pas la ligue des champions or cette année il disputera la reine des compétitions européennes ce qui ne sera pas le cas de Cabaye et Kondogbia cette année. Ces deux joueurs ont quitté deux grosses cylindrées de Ligue 1 exposées l’année dernière en LDC (quarts de finale) pour des clubs moins huppés (Crystal Palace pour Cabaye) ou en reconstruction et sans ligue des champions (Inter Milan pour Kondogbia). Si ces derniers ne parviennent pas à s’imposer dans leurs clubs respectifs et que Corentin Tolisso parvient à gravir les échelons alors une belle surprise pourrait intervenir à la fin de cette saison. De plus sa polyvalence dans un groupe de vingt trois joueurs peut être un atout non négligeable.

Pour Corentin Tolisso, le plus dur reste à venir avec la saison de confirmation, si il parvient à se faire une place de titulaire et à être performant alors il peut espérer disputer l’Euro 2016 en France. Cependant, ce ne sera pas une tâche aisée, l’olympique lyonnais va sûrement recruter au milieu de terrain pour étoffer son effectif et Fofana et Grenier reviendront sûrement de blessure au milieu de la saison. A lui de prouver qu’il mérite d’être titulaire et de montrer comme un ancien numéro 8, nommé Juninho, il fait partie de la catégorie des grands joueurs. C’est tout le mal qu’on lui souhaite…

Maxence Sage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s